Reflux (2021)

REFLUX prend le pouls du moment en sondant les transformations imprévisibles du Barachois de Malbaie en Gaspésie. Inspiré des relations entre les divers habitats (humains et non-humains) de ce milieu singulier, l’installation sonore est composé d’enregistrements de terrain, de matériaux trouvés et des infrastructures du territoire pour entrer en résonance avec le site. Une bouche de canalisation sous la route 132, au confluant d’un courant d’eau douce et d’un milieu salin, du village et de la grève, devient un lieu où s’articulent nos rapports conflictuels avec un territoire construit, entre désir de préservation et usages vernaculaires.


Des haut-parleurs récupérés du marché aux puces de Barachois distribuent le grouillement subaquatique de la tourbière des marais tandis qu’une boucle de rétroaction créée à partir de la pièce Mon passage en Gaspésie de Willie Lamothe amplifie les fréquences résonantes de la structure de ciment. Un canoë en mouvement diffuse, au gré des marées, une onde sinusoïdale via une transmission radio faible puissance.



En prêtant attention aux vibrations matérielles du site, à la fois audibles et inaudibles, les traces d’une transformation perceptible et imperceptible de cet environnement sont assemblées. À travers l’amplification structurée de ce paysage abîmé, peut-être pouvons-nous en ressentir les perturbations et imaginer des manières de l’habiter autrement.


Cette oeuvre s’inscrit dans Territoires ; Études #2, une série d’interventions coordonnées par le commissaire indépendant Eric Mattson.


Une documentation vidéo est accessible ICI.


Merci à Jeannot Rioux, Nicole Gingras et Julie Fournier-Lévesque.


marc a. reinhardt 2019