On n’arrête pas le progrès (2019)


On n’arrête pas le progrès pose une question simple : comment foncer dans un mur ensemble sans se faire mal ? Une série de gestes activent progressivement le volume de l’espace. L’amplitude du progrès frise l’absurde. Dans l’urgence, lentement, une attention s’impose. On n’arrête pas le progrès, on organise les échecs. Une gymnastique mineure.

En trame de fond, une transmission radio faible puissance des échanges téléphoniques entre les premiers répondants lors de la tragédie ferroviaire de Lac-Mégantic en 2013.

Comme le dit l’adage : le progrès c’est la solution, la solution finale.

La première itération a été présentée dans le cadre de la Biennale PERF au centre AXENÉO7 à Gatineau le 27 novembre 2019.
















marc a. reinhardt 2019